Après une semaine consacrée aux équipes nationales, Metz Handball retrouve la compétition ce mercredi (20 h 45) en recevant Toulon aux Arènes. L’objectif des Dragonnes sera de poursuivre leur sans faute en LFH mais également de préparer au mieux leur entrée sur la scène européenne, programmée dimanche (19 h) contre la formation norvégienne de Vipers Kristiansand.
 Fortes de leur parcours sans faute jusque là, les filles de Metz Handball abordent cette reprise du championnat avec le plein de confiance. Oui mais voilà, la réception de Toulon a lieu dix jours après le dernier succès (27-20 à Chambray) et après avoir vu les joueuses rejoindre leurs équipes nationales pour se qualifier pour l’Euro 2018 ou préparer le Mondial de décembre prochain. Pas l’idéal pour préserver la cohésion d’équipe et peaufiner les automatismes mais l’expérience internationale est à ce prix. Présent à Tremblay ce dimanche, Emmanuel Mayonnade a pu assister au match nul (22-22) arraché dans les ultimes secondes par l’équipe de France face au Brésil et aux très bonnes performances de ses joueuses à l’image de Laura Flippes, Béatrice Edwige, Laurisa Landre et surtout Manon Houette, impeccable au tir lors des deux confrontations (victoire tricolore vendredi 23-21) face aux Sud-Américaines (18/18 au total).
De leur côté, les internationales étrangères ont connu des fortunes diverses. Malgré l’absence de succès, la Slovène Ana Gros a fait parler son bras (13 buts en deux matches). Xenia Smith a permis à l’Allemagne de ne pas s’incliner face à la Lituanie (5 buts) et de s’imposer en Turquie (2 buts). Enfin, Marina Rajcic a participé aux deux victoires de son pays. La Monténégrine, propulsée gardienne numéro 1 suite à la grossesse de Laura Glauser – la gardienne tricolore reste tout de même à disposition de l’effectif quelques matches -, prouve de match en match qu’elle a l’étoffe des grandes. Nul doute que les nombreuses affiches qui se profilent seront là pour le démontrer.
A commencer ce mercredi face à Toulon (20 h 45), une équipe plus à l’aise à l’extérieur que sur son parquet. La formation de Thierry Vincent a engrangé ses deux victoires hors de la rade (24-25 à Dijon puis 23-25 au Havre). De plus, cette équipe a longtemps tenu la dragée haute à Besançon et surtout à Issy-Paris malgré les revers finaux. Les Dragonnes devront aborder cette rencontre le plus sérieusement possible afin de poursuivre ce parcours sans embuche sur la scène hexagonale mais surtout préparer idéalement leur retour sur les parquets européens. Car dès dimanche, c’est une partie de l’équipe de Norvège qui leur rend visite sous le maillot de Vipers Kristiansand. Comme quoi, d’une semaine à l’autre, les maillots changent, le niveau d’exigence reste.
Alexandre BUR
 Photo (Weemove)