Ce mercredi, Metz Handball recevait Toulon dans le cadre de la sixième journée de LFH. Ce match faisant suite à la trêve internationale n’a pas altéré la série victorieuse des Dragonnes. Les Messines s’imposent sans trembler (35-17) et préparent leur entrée en Ligue des champions de la meilleure des manières.
 METZ-TOULON : 35-17
Championnat LFH, Saison régulière J6
4 octobre 2017, Arènes de Metz
Arbitres : MM Carmaux et Mursch
Mi-temps : 17-9
METZ HANDBALL : Gardiennes : Rajcic (13 arrêts /25), Dos-Reis (5 arrêts /9) – Joueuses de champ : Edwige (0/1), Gros (13/15), Flippes (1/2), Nocandy (3/5), Houette (4/5), Landre (2/2), Kanor O (2/3), Kieffer (1/1), Smits (3/7), Sajka (1/8), Maubon (2/3), Luciano (3/3)
Exclusions : Smits (12ème), Houette (23ème), Landre (32ème), Flippes (36ème), Luciano (56ème)
Entraîneur : Emmanuel Mayonnade
TOULON : Gardiennes : Serdarevic (4 arrêts /22, 1 but), Bettachini(7 arrêts /24) – Joueuses de champ : Rittore (0/1), Kramer (1/6), Gaudeffroy (1/1), Puleri E (1/2), Tandjan  (2/3), David, Catani (1/5), Abdourahim (2/8), Khavronina (0/4), Zazaï (2/6), Urtnowska (3/6)
Exclusions :Abdourahim (17ème), Puleri E (22ème, 25ème et 39ème)
Expulsion définitive: Puleri E (39ème)
Entraîneur : Thierry Vincent
Lorsque le calendrier de LFH, Thierry Vincent doit appréhender le moment de rendre visite aux championnes de France en titre. La saison dernière, les Varoises s’étaient inclinées aux Arènes (35-16 en Championnat puis 34-16 en Coupe de France). A l’issue de cette rencontre de la sixième journée cuvée 2017-2018, le tableau d’affichage indique 35-17. Une régularité de métronome que le technicien varois n’est pas parvenu à troubler. Et ce, malgré le travail vidéo effectué en amont. Il faut dire que la gardienne jaune et bleue, Marina Rajcic, auteure de trois arrêts initiaux, a tout mis en œuvre d’entrée de match pour montrer à ses adversaires qu’il faudrait en faire beaucoup pour tromper sa vigilance (3-0, 5ème).
Ajoutez à cela une toute jeune gardienne, Manuella Dos-Reis, habituellement membre du collectif de nationale 1, qui savoure ses débuts dans l’élite en détournant son premier jet de sept mètres et vous vous dîtes que la soirée sera bien longue pour vos hôtes du soir. Et ce, d’autant plus que les gâchettes locales sont remarquablement réglées, à l’image de l’arrière droite slovène Ana Gros (13 réussites sur 15 tentatives). L’écart se creuse irrémédiablement malgré les tentatives de Sabrina Zazai ou Laurie Puleri. Les nombreux coups de sifflets arbitraux empêchent la rencontre d’être rythmée. Les Lorraines s’adaptent et multiplient les combinaisons en attaque. L’une d’elles, en infériorité numérique, et lorsque Marina Rajcic était sortie, la gardienne varoise, Léa Serdarevic, en profite pour trouver le chemin des filets (19-10, 33ème).
Le scénario permet à Emmanuel Mayonnade de faire jouer l’ensemble du collectif et d’avoir la confirmation que celui-ci est talentueux et qu’il peut voyager loin. A l’image de Méline Nocandy et Orlane Kanor et ce, malgré l’absence de la capitaine, Grâce Zaadi. De bon augure alors que le calendrier va offrir aux filles du président Weizman un enchaînement de rencontres rapprochées nécessitant le maximum de forces vives à disposition. Et cela commence dès dimanche (19 h) avec l’ouverture de la phase de groupe de Ligue des champions et la réception des Norvégiennes de  Vipers Kristiansand. Une entrée qu’il conviendra de négocier le plus sérieusement possible afin de ne pas se rendre la suite du repas indigeste.
A.B
 Photo (Weemove)